Agir avec intelligence et responsabilité

par Patrick Kleeblatt

L’ordre du jour de conseil communal de la Ville d’Esch-sur-Alzette comptait une quinzaine de points divers, dont nous retiendrons ici les plus importants. Nous accorderons la primeur au 1èr point portant sur l’égalité des chances. C’est l’échevin Daniel Codello (LSAP), responsable pour les questions se rapportant au personnel, qui s’est donc penché sur „l’Analyse de la structure du personnel de l’administrationd’une part et le Plan interne à l’égalité des chances“ d’autre part.

Daniel Codello insiste sur l’importance de cette analyse, laquelle permet une vue substantielle sur la situation entre hommes et femmes travaillant à la commune. L’analyse à laquelle l’échevin fait reférence est la 4ème et se base sur des données quantitatives. Réalisée par le service à l’égalité des chances au travers des données fournies par le service structures et organisation, l’analyse a pour but la description de la position professionelle, le statut, la niveau de carrière, le secteur d’activité et le degré d’occupation des salariés.

Rappelons ici que c’est l’accord de coalition de l’an 2000, qui définit l’engagement politique pris en matière d’égalité entre femmes et hommes. Pour autant le „plan d’action communal pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale“ n’a été approuvé par le conceil communal que le 1èr avril 2011. Depuis l’administration communale a pour devoir de mettre en place des mesures qui doivent améliorer l’égalité professionelle entre femmes et hommes.

Au 1èr décembre 2015, la ville d’Esch-sur-Alzette comptait 1.127 salariés dont 535 femmes et 592 hommes. La majorité (56,53%) ont le statut de „salarié manuel“ suivi des „fonctionnaires“ (24,04%) et „salariés intellectuels“ (13,58%). Les employés communaux ne représentent que 5,85%. Il est interessant de constater que les femmes sont mieux représentées que les hommes dans les „statuts“ suivants: Agents de nettoyage (82,53%) Employés communaux (74,24%) et Salariés intellectuels (68,62%). A l’opposé, 67,52% des fonctionnaires et 69,42% des salariés manuels (hors agents de nettoyage) sont des hommes.

Une remarque très intéressante est le constat que ce sont plutôt les femmes qui travaillent à temps partiel. Une des raisons pour ce fait est certainement liée à la conciliation entre la vie professionnelle et familiale. D’autre part il faut aussi considérer que les contrats dans les secteurs à prédominance féminine, sont pour la plupart des contrats à temps partiel.

A la recherche du bon équilibre
CCE-Codello
“L’âge n’est pas un critère d’exclusion” Daniel Codello, échevin /© Indymedia

Pour Daniel Codello, il est important de considérer cette analyse comme outil de travail à la planification, tant en ce qui concerne les départs futurs à la retraite, que pour les postes à pourvoir. Si le constat d’un bon équilibre selon le genre est juste, il ‘en est pas pas de même pour le statut. Une des raisons est certainement due au fait que l’égalité des „rôles“ n’a pas encore pénètre toutes les consciences. Pour exemple, les secteurs d’activité „enfants-jeunesse“ et „entretien-nettoyage“ restent des domaines majoritairement occupés par la gente féminine. Le même constat s’applique au secteur d’activité „sécurité sociale“. Cette spécialisation sectorielle selon le genre est donc un des soucis majeurs dans la recherche d’un meilleur équilibre.

L’âge du personnel joue également un rôle non négligeable en termes d’égalité sociale. Si la majorité du personnel communal (60,96%) ont entre 40 et 64 ans, seuls 124 salariés ont plus de 55 ans. Pour la tranche d’âge jusqu’à 44 ans l’équilibre entre les genres est majoritairement respecté, mais devient défavorable pour les femmes dès leur 45ème année.

C’est ici que le „plan interne à l’égalité des chances“ entre an action. Ce plan prévoit l’égalité entre femmes et hommes tant en matière de recrutement que de développement de la carrière professionnelle. Sont de bien entendu aussi visés la conciliation de la vie professionnelle et famiale, la non-discrimination sur le lieu du travail et la communication (interne et externe).

„Objectivité“ et „Transparence“ les maîtres mots du recrutement

Si se sont toujours les collèges échevinal ou communal qui ont le dernier mot en terme de nomination au postes, il est d’une grande importance de garantir une sélection préalable objective et non-discriminatoire. Hormis donc une définition préalable des critères de selection et la considération des candidats selon le genre et l’âge, il faut assurer un déroulement uniforme des entretiens de recrutement. L’établissement de fiches d’entretien en sera un outil majeur. Cette procédure vaut tant pour le recrutement externe, qu’interne.

CCE-Spautz
Vera Spautz, Bourgmestre: “(…) le job-sharing est un héritage de l’ère industrielle” / © Indymedia

Retenons encore que la commune veut se doter d’un outil qui souligne autrement ses efforts en termes d’égalité et d’innovation. Le „job-sharing“ pourrait ainsi permettre l’intégration de nouveaux collaborateurs et améliorer le bon fonctionnement du service en cas de départ à la retraite. Ceci concerne en primeur les postes à responsabilité. La faisabilité et les conditions légales doivent être vérifiés avant la mise en place du mécanisme.

Mis à part le recrutement il y lieu de veiller à l’égalité des femmes et des hommes concernant le développement de la carrière professionnelle. Pour ce faire, le „service structures et organisation“ a éffectué un sondage concernant les besoins en formation dans certains services. Les informations ainsi recuillies permettront la mise en place de plans de formation. Une 2ème phase de sondage, concernant d’autres départements est prévue.

Les petits „plus“ qui agrémentent la vie…

Pour créer le bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, il est important de retenir que la ville d’Esch-sur-Alzette gère une crèche d’entreprise pour enfants de 4 ans. La mise en place d’un „horaire mobile“ est également un avantage non négligeable, d’autant que les salariés devant pointer leurs présences, bénéficient d’une bonification horaire.

Une meilleure information interne vise un soutien à l’intégration des „nouveaux“, mais aussi de communiquer sur les principales legislations en vigueur et les nouvelles mesures adoptées par la collège échevinal concernant le personnel communal. En ce, un „carnet de bienvenue“, qui rassemble et communique les informations les plus importantes, sera remis à tou nouveau collaborateur. Il est également prévu d’éditer une „newsletter“, dont l’obejectif est d’informer le personnel des décisions du Collège des Bourgmestre et Echevins, ainsi que de toute actualité les concernant.

Groupement Européen de Coopération Territoriale (GECT)

Daniel Codello tenait à rendre compte du fait que ce service fonctionne de mieux en mieux et se voit désormais doté de deux postes à temps plein. Dans le cadre du GECT et plus précisément sur son site internet (…) il est prévu la mise en ligne d’une carte interactive recensant les épiceries, dans le but d’informer les citoyens sue les possibilités d’achat de produits frais régionaux.

CCE-Freis
Astrid Freis, conseillère LSAP / © Indymedia

Astrid Freis (LSAP) s’étonne par contre du peu d’impact que les actions du GECT ont auprès de la population locale. André Zwally souhaitait plus d’informations par rapport à l’organisation de l’évènement „Capitale culturelle européenne“, plus précisément si il était prévu d’étendre la manifestation sur l’ensemble de la „région“. En guise de réponse, Daniel Codello rapelle qu’un des problèmes majeurs du GECT réside dans le fait, que bon nombre de citoyens ont les „“frontières“ toujours dans la tête.

„Moneymaker“ Südstroum

CCE-Sudstroum
© Indymedia

La scéance du conseil communal nous aura confirmé l’augmentation du capital de l’entreprise Südstroum S.àr.l & Co S.e.c.s. à 4 millions d’euros. Cette augmentation de capital devrait améliorer la position sur l’échiquier économique et donc un meilleur accès au marché de l’énergie.

Martin Kox (déi Gréng) qui souhaite l’accord du conseil, veut quand à lui constater que la plupart des „clients“ ne paieraient leurs factures que très tardivement. Un point qui nous étonne, car Südstroum prélève des avances non négligeables. Pour Zénon Bernard (KPL), l’augementation du capital est plausible et André Zwally (CSV) retient qu’il n’est pas facile pour une petite entreprise de se positionner dans un marché globalisé. Il réclame également une réflection quand à la stratégie poursuivie par Südstroum, du fait que l’énergie est devenue „moins chère“ et qu’il faille considérer la morale de paiement des clients.

Paul Weidig (LSAP) concéde l’augmentation de capital, mais en termes de „rapport de force“ il voudrait savoir qui est est visé. Il retient également que les „frais de réseau“ sont favorables, en termes financiers, à Südstroum et constate que pour le client, la part nette de l’énergie fournie n’est que de 46% sur facture. Il faut savoir que le réseau électrique du territoire communal appartient à Südstroum. Martin Kox réplique que certes, les frais de réseau facturés par Südstroum sont parmi les plus élevés, mais voudrait que l’on tienne compte des investissements importants en relation avec la construction de nouvelles citées, telles Nonnewisen et l’aménagement de Belval.

Passé au vote, l’augmentation de capital est adoptée à l’unanimité.

Elargissement du parking résidentiel

CCE-Hinterscheid
Henri Hinterscheid, échevin aux infrastructrures et à la voirie / © Indymedia

L’échevin Henri Hinterscheid (LSAP) demande au conseil l’accord pour l’élargissement du parking résidentiel au quartier Neudorf (cité Leesbierg – rue de Rumelange – rue des Noyers) et quartier Raemerich. Une demande qui donne suite aux souhaits exprimés par les riverains concernés. L’échevin remarque également que le dernier remaniement circulatoire des quartiers concernés remonte à 30 ans.

Un autre sujet qui suscite l’intérêt, sont les problèmes de circulation rencontrés de manière pertinente près du site de l’école „Dell Héicht“. En effet il y a lieu de constater une forme d’incivilité manifeste des parents qui, au travers du transport individuel pour emmener les bambins à l’école, sont la source primaire de congestion et stationnement en double file. Pour remédier à ce problème, Henri Hinterscheid veut mettre en place d’une part une aire „Kiss & Go“ à proximité du Lycée des Garons et activer la répression à hauteur de l’école concernée. Pour une sensibilisation des contrevants, il est prévu la mise la place de panneaux d’information. La mise en vigueur elle, est prévue pour la rentrée scolaire 2016.

Laurent Biltgen (déi Lénk) regrette que les parents n’aient pas le reflexe d’emmener leurs enfants à l’école à pied, voire en vélo. Il croit en outre que le problème est „fait maison“ considérant el recours à des entités scolaires trop grandes. En ce qui concerne le parking résidentiel, la „déi Lénk“ est d’accord sur la forme, mais se refuse à voter pour les taxes qui y sont liées.

CCE-Bernard

Zénon Bernard, conseiller KPL / © Indymedia

Zénon Bernard (KPL) considère d’un point de vue plus général que le système de taxation est trop compliqué et partage de fait la position de „déi Lénk“ qui voit le résident mis à contribution. D’autre part le conseiller communiste souhaiterait la prise en considération de solutions alternatives, tels les parking dits de „dissuasion“ an communion avec un transport public plus conséquent.

L’échevin aux infrastructures rejete les remarques liées aux taxes et informe que les parkings de dissuasion ne sont, à son grand regret, pas considérés par les usagers concernés. Et ce serait en effet ces derniers qu’il tient dès lors responsables de l’élargissement du parking résidentiel et des taxes qui en découlent. Henri Hinterscheid exprime également le besoin de nouveaux parkings, sous réserve toutefois de l’application „utilisateur-payeur“ ce qui implique des prix plus élevés au centre-ville.

Le volet réglementatoire est adopté à l’unanimité, le chapitre concernant les taxes est adopté contre les votes des conseillers de la déi Lénk et KPL.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *