Les turques adeptes de la peine de mort?

Lors du grand rassemblement à Istanbul, Recep Tayyip Erdogan promet la réinstauration de la peine de mort, si tel est le souhait du peuple turque.

Près de cinq millions de citoyens turques (estimations émanant de l’agence de presse Anadolu) se sont retrouvés sur le front de mer de la Ville d’Istanbul ce 7 août, suivant l’appel de leur leader de rejoindre la manifestation „Rassemblement pour la Démocratie et les Martyrs“. Les discours tenus ont été retransmis à travers tout le pays et pour les plus grandes cités, projeté sur des écrans géants.

Anadolu Agency via twitter
Anadolu Agency via twitter

Lors son discours émotionel, le président a revendiqué suivre le demande du peuple turque concernant la réinstauration de la peine de mort pour les participants au coup d’Etat. Il confirme vouloir signer la loi si le parlement l’adopte.

Selon l’agence de presse Anadolu Erdogan se serait ainsi exprimé: „Tous savent que le pouvoir de ce pays appartient au peuple et celui-ci réclame la peine de mort. (…) Le parlement est l’autorité qui décide de la peine de mort. (…) J’approuverai la réinstauration de la peine de mort si le parlement adopte la loi.“

Anadolu Agency via twitter
Anadolu Agency via twitter

Au rassemblement ont pris part les principaux partis d’opposition, un événement qui ne s’est plus vu depuis des décennies. Le président du Parti Républicain du Peuple (CHP) Kemal Kilicdaroglu s’est lui aussi exprimé: „Le coup d’Etat manqué a ouvert la porte à une réconciliation des forces politiques dans le pays et nous conduira vers l’émergence d’une nouvelle grande nation.“

Notons pour la forme que le parti d’opposition pro-kurde HDP (Parti démocratique des peuples) qui est dénoncé par le régime comme étant proche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) n’était pas invité a participer au rassemeblement. Il n’y a pas de doute la situation actuelle permet au régime de les considérer comme des terroristes. De nombreuses arrestations parmi leurs membres confirment cet aspect.

Anadolu Agency via twitter
Anadolu Agency via twitter

Ndlr: La peine de mort avait été appliquée pour la dernière fois en 1984. Deux décennies plus tard elle est abolie en raison de la demande d’adhésion à l’Union Européenne.

Author: Sarah Kleeblatt

Etudiante en journalisme, Paris

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *