Russie élections à la Douma – Le parti de Poutine reste majoritaire

par Anne Schmitt

343 mandats pour le « Lédinaïa Rossiïa »

Le parti au pouvoir « Russie unie » semble bel et bien avoir remporté une nette majorité des sièges à l’occasion des élection parlementaires. Selon la commission électorale de Moscou, « Russie Unie » obteintdrait 343 des 450 mandats. Le parti communiste obtenant 42, les nationalistes 41 et le parti « Russie Juste » 21 sièges. Le parti « Rodina », la plate-forme civique et un candidat indépendant remportant chacun un mandat direct.

election-russie-dpa

A noter que les élections n’ont pas été un franc succès, considérant une participation de 47,81 %. Un taux nettement inférieur à celui de 2011, qui atteignait encore 60,21 % de la population. La raison de l’abstention au vote pourrait se trouver dans le changement des règles portant sur le système électoral. En théorie l’opposition aurait eu de nouvelles opportunités, car l’ancienne procédure se basait sur le resultat au niveau national pour la distribution de mandats à la Douma. Cette fois-ci, il y avait respectivement 225 mandats « liste » et 225 mandats directs.

Les petits « couacs »

La directrice de la Commission électorale, Ella Pamfilova a admis que dans certaines régions il y a eu des problèmes, mais que dans l’ensemble l’élection s’est déroulée tout à fait légalement. Les quelques 500 observateurs électoraux de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) rejoignent cette déclaration. Les infractions constatées portant surtout sur le constat que dans certaines régions, des électeurs auraient été transportés par bus dans différents bureaux de vote pour y déposer leurs voix.

En 2011, l’OSCE avait dénoncé les élections en raison de nombreuses violations des normes démocratiques. S’en suivait des semaines de manifestations de masse contre le gouvernement. Le directeur la commission électorale d’alors, rendu responsable des irrégularités par l’opposition a depuis été relevé de ses fonctions.

Un électorat absent

Les élections à la Douma ont donc tout pour plaire aux administrateurs du pouvoir de l’État russe. Les acteurs ont joué leur rôle et Vladimir Poutine peut se présenter comme guide suprême. Il assure la paix et l’ordre. La grande majorité Russe veut croire qu’il rend à la Russie la grandeur qui lui revient. Que l’économie soit en phase de recession et la corruption florissante, tout cela n’est pas de sa faute. Un raisonnement est très répandu.

Beaucoup de Russes critiques ont également contribué à la vitcoire de « Russie Unie » par le simple désistement de participer à l’élection. Ils ont ainsi perdu la dernière chance – quoique discrètement – à prendre la parole. Si cette apathie est partiellement compréhensible, leur absence aura été bénéficiaire au pouvoir en place. Et si ailleurs ce déni manifeste du vote serait un signal d’alarme, en Russie il fait les éloges au président.

L’opposition russe et en effet victime se sa propre tragédie. Les opposants sont apparus divisés et désunis, le meilleurs n’ont pu convaincre. En face, le pouvoir d’État fait union avec le parti du Kremlin, qui pouvait en prime compter sur l’appui des médias, de la justice et de l’administration. Ces derniers ont fait « leur travail » et mis les quelques oppositionnels prometteurs hors de combat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *